L’agriculture joue un rôle essentiel dans le développement économique et social de la plupart des pays du Sahel. Mais au Sénégal, seulement 4% des terres cultivables du pays sont irriguées. Le Relais Sénégal a donc décidé de lancer un projet maraîcher qui, comme le centre de tri, constitue une activité à haute densité de main d’œuvre. La démarche présente ainsi le double avantage de créer des emplois, tout en participant à tendre vers une autosuffisance alimentaire.

        

C’est ainsi qu’en juillet 2011, notre choix s’est porté sur le petit village de Terokh, situé dans la communauté rurale de Pambal (Département de Tivaouane). Grâce aux bénéfices dégagés par l’activité de friperie, nous avons pu mettre en valeur un périmètre maraîcher de 6 hectares, équipé d’un système d’irrigation par goutte à goutte, alimenté par une pompe puisant l’eau d’un forage de 350 mètres de profondeur. Un réservoir d’eau de 100 m2 équipé de deux pompes de reprise vient compléter le système d’irrigation.

Nous avons démarré l’activité avec 2 hectares de tomates, 2 hectares de piments et autant en papayes, en privilégient l’activité manuelle, créatrice d’emplois, plutôt qu’une mécanisation à outrance. Ainsi, pas moins de 200 à 250 personnes parviennent à gagner mensuellement des revenus réguliers. 

Encouragés par les résultats de cette première expérience à Térokh, nous avons pris l’option de faire une extension du périmètre dans le village voisin de Yendane. Depuis avril 2012, nous avons entrepris la valorisation d’un périmètre de 4 hectares disposant des mêmes équipements que ceux installés à Terokh. Le choix de l’extension, loin d’être neutre, a également été motivé par notre désir de contribuer au rapprochement des deux communautés villageoises qui, depuis des années, traînaient un petit malentendu lié à l’exploitation en commun d’un périmètre maraîcher. 

Concernant l’organisation du travail pour le court et le moyen terme, un planning de production ciblant certaines variétés parmi les plus prisées des sénégalaises (l’oignon, la tomate, les aubergines, le piment, les haricots, les concombres…) a été mis en place afin de permettre la disponibilité de ces différents produits à tout moment de l’année. 

 

 

 

 

En savoir plus : 

Lire la Newsletter Baatu Keurgui de juillet – août – septembre 2011 
Lire la Newsletter Baatu Keurgui de janvier2012 
Lire la Newsletter Baatu Keurgui de février 2012 


Voir la fiche produits maraîchers et fruitiers 
Voir la fiche Investissements projet maraîcher 


Lire les témoignages